208 pages / 15,5 x 24 cm / 1982 / 12, 20 
ISBN-13 : 978-2-7297-0159-8

Des engrenages à la chaîne

Les usines Citroën : 1915-1935

De :
Sylvie Schweitzer

Citroën, 1915-1935… Cet ouvrage n'est ni l'histoire d'un homme, André Citroën, qui inscrivit son nom sur la Tour Eiffel, ni celle d'une entreprise née du premier conflit mondial, constituée en société anonyme, marquée de vicissitudes et ambassadrice du savoir-faire des ingénieurs français. On ne parlera ni de capitaux, ni de conseils d'administration, ni de filiales ou de service commercial, ni même de marché ou de concurrence avec les autres constructeurs, et pas seulement d'automobile. Rarement nommées, celles-ci restent pourtant l'articulation majeure de la recherche par l'ensemble des symboles qu'elles véhiculent. Symboles d'une branche industrielle d'avant-garde, elles représentent le développement économique de l'entre-deux guerres et aussi une classe ouvrière en mutation, combative par tradition, fer de lance du syndicat CGTU et du jeune parti communiste. Mais l'automobile est aussi cet objet mythique qui définit une société de consommation de masse bâtie sur l'organisation scientifique du travail.
C'est l'histoire de cet ensemble qui sera ici tentée, celle d'une usine nouvelle pour la France des années vingt et trente, celle d'une usine conçue pour mener à bien une production en grande série. On tentera de comprendre la nature et les fonctions de l'organisation scientifique du travail, les types de pratiques nécessaires à son déploiement, ceux qu'elle induit en retour ; et aussi les individus et les professions qui la mettent en œuvre, ce qu'elle a transformé dans les structures de l'usine, architecturales, technologiques et symboliques. Ce questionnement n'a été ni aisé, ni spontané. Jusqu'à présent, l'historiographie française des industries du XXe siècle s'est bornée aux études sur les origines, les structures, le fonctionnement du groupe patronal, aux recherches sur l'histoire économique des firmes, sur l'évolution de la main-d'œuvre et du mouvement ouvrier, sans d'ailleurs procéder systématiquement à leur mise en relation. Certes, les axes d'investigation étaient - et sont toujours - limités par des difficultés d'accès aux sources : pour étudier la vie d'une usine, il est indispensable de pouvoir consulter les archives patronales. Or, les industriels français ont plus que tout le goût d'un secret qui entraîne le refus et la destruction ; seule les passionne, semble-t-il, le récit des formes, couleurs et innovations successives des modèles automobiles qu'ils ont conçus.

Discipline

PRESSES UNIVERSITAIRES DE LYON,
Université Lumière Lyon 2 - 86, rue Pasteur - 69365 LYON CEDEX 07
tél. : 04 78 69 76 52 - fax : 04 78 69 76 51